EXPO OUEST INTERNATIONAL

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL a été condamnée : Démission du responsable technico-commercial

Le salarié a mis en demeure son employeur de lui payer 519 heures supplémentaires, avant de luis adresser sa démission et d’engager une action aux prud’hommes ;

Il résulte des explications et pièces fournies que pour accomplir son travail, le salarié a réalisé un nombre important d’heures supplémentaires. Il y a donc lieu de faire droit à la demande telle qu’elle résulte du décompte, déduction faite des 31 heures alléguées qui ne sont pas justifiées.

EXPO OUEST INTERNATIONAL
avis
Responsable technico-commercial

EXPO OUEST INTERNATIONAL contrat de travail de responsable technico-commercial

SAS EXPO OUEST INTERNATIONAL

ZA Les Landes

22490 PLOUER SUR RANCE

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL a pour activité l’organisation de foires et salons professionnels ainsi que la location de stands et de mobilier à destination d’exposants.

La convention collective SYNTEC est applicable.

Le contrat de travail

Par contrat écrit à durée indéterminée en date du 16 août 2004, Mr Denis R a été engagé par la société EXPO OUEST INTERNATIONAL :

  • en qualité de responsable technico-commercial,
  • statut ETAM, coefficient 500,
  • moyennant une rémunération mensuelle brute de 3 600 €.

Par lettre du 10 février 2006, Mr Denis R mettait en demeure l’employeur de lui payer 519 heures supplémentaires.

Par lettre du même jour, il démissionnait de son emploi.

Par lettre du 16 février 2006, la société EXPO OUEST INTERNATIONAL prenait acte de la démission de Mr Denis R et exprimait sa surprise quant aux heures supplémentaires demandées.

EXPO OUEST INTERNATIONAL
Prud’hommes

Action aux prud’hommes contre EXPO OUEST INTERNATIONAL

Le 31 mai 2006, Mr Denis R saisissait le conseil de prud’hommes ;

Par jugement prononcé le 4 février 2010, le conseil de prud’hommes de Créteil (en formation de départage) a condamné la société EXPO OUEST INTERNATIONAL à payer à Mr Denis R les sommes suivantes :

  • 15.396,54 € au titre des heures supplémentaires,
  • 21.600,00 € à titre d’indemnité pour travail dissimulé,
  • 7.200,00 € à titre d’indemnité compensatrice de préavis,
  • 720 € pour les congés payés afférents à cette somme,
  • 21.600,00 € à titre de dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse,
  • 1.000,00 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile,

– s’est déclaré incompétent sur la demande reconventionnelle formulée par la société EXPO OUEST INTERNATIONAL relative à la concurrence déloyale de Mr Denis R et renvoyé les parties devant le tribunal de commerce de Créteil,

– a rejeté les demandes plus amples ou contraires.

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL a relevé appel de ce jugement.

EXPO OUEST INTERNATIONAL
Condamnée
Motifs de l’arrêt

EXPO OUEST INTERNATIONAL condamnée : Motifs de l’arrêt

Sur les heures supplémentaires :

Mr Denis R, qui produit plusieurs tableaux récapitulatifs et plannings de travail, prétend avoir effectué tout au long de sa période d’emploi 519 heures supplémentaires qui n’ont jamais été mentionnées sur ses bulletin de paie, ni rémunérées ; il soutient que ses fonctions impliquaient sa présence sur chaque salon pour superviser le montage/démontage des stands ainsi que de fréquents déplacements ; que le contrat de travail prévoit 151,67 heures de travail sans que l’employeur puisse se prévaloir d’un forfait d’heures ou d’une annualisation du temps de travail.

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL soutient que Mr Denis R, qui était autonome dans l’organisation de son travail, pouvait être amené à effectuer, pendant les périodes de haute intensité d’activité (de septembre à janvier), un nombre effectivement important d’heures supplémentaires, ce qui était toutefois compensé par des périodes de moindre activité et ce, conformément aux dispositions de l’accord national du 5 juillet 2001 portant convention collective nationale applicable au personnel des bureaux d’études et des cabinets d’ingénieurs conseils et à celles de l’accord national du 22 juin 1999 signé par la fédération SYNTEC;

  • que le contrat de travail fait expressément référence à ces dispositions conventionnelles;
  • que la demande de Mr Denis R ne tient aucun compte des périodes de l’année pendant lesquelles l’activité était très faible;
  • que Mr Denis R, qui exerçait ses fonctions à Vincennes alors que le siège est à Rennes, disposait d’une totale autonomie dans la gestion de son travail et n’était pas soumis au contrôle de son supérieur hiérarchique;
  • qu’ainsi l’employeur, éloigné du lieu de travail du salarié, n’avait pas connaissance de son temps de travail, et ce d’autant que Mr Denis R a fait état de ces heures supplémentaires ‘en bloc’ seulement en février 2006;
  • que le décompte présenté par Mr Denis R est contestable, procédant par simple affirmation pour certaines dates et étant entaché d’incohérences et d’inexactitude (heures relatives au montage/démontage des stands dont Mr Denis R n’était pas chargé, travail le dimanche alors que l’entreprise est fermée ce jour là, notes de frais en contradiction avec les heures supplémentaires alléguées…).

Le contrat de travail prévoit que :

« Les horaires de travail sont ceux en vigueur dans l’entreprise dans le respect des dispositions législatives et conventionnelles applicables : 8h30 – 12h00 et 14h00 -17h30, réparties sur 5 jours du lundi au vendredi soit 35h00 ».

Il ne peut en être déduit que le contrat de travail fait ainsi expressément référence aux dispositions conventionnelles invoquées par l’employeur, lesquelles, en tout état de cause, ne pourraient être opposées à Mr Denis R dans la mesure où, comme l’a retenu à raison le premier juge, l’employeur s’est abstenu de décompter, comme il en avait l’obligation, tant en vertu des accords précités que du code du travail, les temps de travail effectivement accomplis par le salarié, sans qu’il puisse s’affranchir de cette obligation en évoquant son éloignement géographique.

Aux termes du contrat de travail, entrait dans les fonctions de Mr Denis R, notamment, « le suivi des dossiers jusqu’à la parfaite livraison des installations », ce qui recouvre à l’évidence le suivi du montage et du démontage des stands sur les salons. La réalité de cet aspect de l’activité de Mr Denis R est d’ailleurs confirmée par l’employeur lui-même dans un courrier du 2 mars 2006 à Mr Denis R (‘Vous exerciez des missions de supervision de travaux (…)’). Le suivi du montage et du démontage des salons rend vraisemblables les heures supplémentaires effectuées tôt le matin et tard le soir alléguées par le salarié. Les pièces produites aux débats, notamment les notes de frais de Mr Denis R, attestent en outre de déplacements en province, notamment à Rennes, lieu du siège social de la société EXPO OUEST INTERNATIONAL. Ce suivi accrédite également le travail certains dimanches (Mr Denis R prétend avoir travaillé les dimanches 5 et 12 septembre 2004).

Mr Denis R indique encore, sans être contredit, que toutes ses notes de frais afférentes à ses déplacements ont été systématiquement payées par la société.

C’est à raison cependant que la société EXPO OUEST INTERNATIONAL relève des incohérences dans le décompte produit : ainsi, les 22 et 27 septembre 2004, Mr Denis R prétend être en déplacement en province alors que, comme le constate l’employeur, il ne produit pas de notes de frais. Or, Mr Denis R s’en explique dans ses écritures en indiquant s’être trouvé à Paris ou en région parisienne ; idem les 14 octobre et 2004, 15 décembre 2004, 10 février, 14 mars, 25 et 26 mai 2005 (au total, 31 heures supplémentairess alléguées).

Il résulte des explications et pièces fournies que pour accomplir son travail, Mr Denis R a réalisé un nombre important d’heures supplémentaires. Il y a donc lieu de faire droit à la demande telle qu’elle résulte du décompte, déduction faite des 31 heures alléguées qui ne sont pas justifiées.

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL sera donc condamnée à payer à Mr Denis R la somme de 14 476,54 € au titre des heures supplémentaires, outre celle de 1 447,65 € pour les congés payés afférents.

Ces sommes produiront des intérêts à compter du 10 février 2006, date de la lettre de mise en demeure.

Sur la demande de Mr Denis R, et en l’absence de toute cause de retard de paiement due à son fait, il convient d’ordonner la capitalisation des intérêts dans les formes et conditions prévues à l’article 1154 du code civil.

Sur l’indemnité pour travail dissimulé :

La dissimulation d’emploi salarié n’est caractérisée que s’il est établi que l’employeur a agi de manière intentionnelle.

En l’occurrence, cette intention ne résulte pas des pièces versées aux débats et des explications fournies desquelles il ressort i) que Mr Denis R jouissait d’une large autonomie dans l’organisation de son travail et, étant basé à Vincennes, ne se trouvait pas sous le contrôle direct de l’employeur localisé à Rennes et ii) qu’il n’est pas établi que Mr Denis R ait revendiqué le paiement des heures supplémentaires avant son courrier de mise en demeure du 10 février 2006.

Mr Denis R sera débouté de sa demande et le jugement infirmé sur ce point.

Sur la qualification de la rupture :

Mr Denis R soutient que sa démission, motivée par le non paiement des nombreuses heures supplémentaires qui lui étaient dues, doit être requalifiée en rupture aux torts exclusifs de l’employeur.

Mr Denis R a réclamé ses heures supplémentaires par LRAR dactylographiée du 10 février 2006, mettant en demeure l’employeur de lui payer ‘sous huit jours’ 519 heures supplémentaires.

Il a remis sa démission par LRAR manuscrite distincte du même jour, ainsi rédigée : « Veuillez prendre note de ma démission de mon poste au sein de votre société à réception de la présente.

Restant à votre disposition pour la suite légale (…) ».

Force est donc de constater que la lettre de démission ne fait aucunement mention des heures supplémentaires revendiquées. Si Mr Denis R indique dans la lettre relative aux heures supplémentaires que sa réclamation fait suite à « différentes démarches amiables », aucun élément ne vient corroborer l’existence de demandes antérieures et l’employeur, dans sa réponse du 16 février 2006 accusant réception à la fois de la réclamation et de la démission, fait part de sa surprise en ces termes :’vous me faites part d’heures supplémentaires dont je n’ai jamais eu connaissance contrairement à ce que vous indiquez (…) Votre demande est d’autant plus surprenante qu’elle coïncide avec votre démission. En effet, vous ne m’avez jamais exprimé de demande à ce sujet ni oralement, ni par écrit (…)’. En outre, Mr Denis R remet sa démission avant l’expiration du délai de huit jours qu’il impartit à l’employeur pour le régler.

Dans ces conditions, il ne peut être retenu que la démission est liée au non paiement des heures supplémentaires.

La lettre de démission étant, par ailleurs, claire et non équivoque quant à l’intention de son rédacteur, il y a lieu de dire que la rupture est imputable au salarié et de débouter Mr Denis R de toutes ses demandes relatives à la requalification de cette démission en un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le jugement de première instance sera infirmé de ce chef.

Sur le préjudice résultant de l’exécution déloyale du contrat de travail par l’employeur

La demande de Mr Denis R se fonde non seulement sur la rupture prétendument abusive du contrat de travail, mais également sur l’exécution déloyale du contrat de travail par l’employeur. Sur ce second point, il est soutenu que l’employeur n’a ‘jamais respecté les temps de repos obligatoires, ni quotidiens, ni hebdomadaires’, n’a pas payé les heures supplémentaires, a ainsi ‘maltraité’ son salarié ‘en le faisant travailler jour et nuit sans le payer de ses peines et salaires dus’, ne lui a jamais fait passer de visite médicale et l’a fait travailler dans un local inadapté.

De tous ces griefs, seul pourrait être retenu celui relatif au non paiement des heures supplémentaires, les autres n’étant pas démontrés.

Compte tenu de l’absence de revendication des heures supplémentaires avant le 10 février 2006 et du fait que, le plus souvent, Mr Denis R ne travaillait pas en contact direct avec l’employeur, il ne peut être retenu que le non paiement des heures supplémentaires par l’employeur ait procédé de sa déloyauté. Mr Denis R sera débouté de sa demande.

Sur la demande reconventionnelle de la société EXPO OUEST INTERNATIONAL tendant à la condamnation de Mr Denis R pour manquement à son obligation contractuelle de loyauté :

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL, exposant qu’après sa démission, Mr Denis R a pris le contrôle d’une société concurrente ‘EXPO INTERNATIONAL’, soutient qu’en violation de son obligation contractuelle de discrétion et de réserve, il s’est livré, au début de l’année 2006, à des agissements préjudiciables aux intérêts de l’entreprise en tentant de ternir son image tant auprès de ses salariés qu’auprès de clients ; que Mr Denis R a, en outre, falsifié la chronologie des événements dans le cadre du présent litige et fait montre de désinvolture en adressant à son employeur en février 2006 des procès-verbaux pour stationnement irrégulier de son véhicule.

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL appuie ses dires sur trois attestations émanant de deux salariées et d’un sous-traitant qui font état de propos alarmants de Mr Denis R, notamment quant à la situation financière de son ancien employeur. L’une de ces attestations, dactylographiée, est toutefois sujette à caution : émanant d’une salariée, Mme L, elle porte la mention ‘Lue et approuvée’ avant sa signature, de sorte qu’elle semble avoir été pré-rédigée et remise à l’intéressée pour signature seulement. Les deux autres attestations ne permettent pas de tenir pour avérés les agissements prétendus.

Les deux autres griefs, peu sérieux, ne sont pas davantage fondés.

La société EXPO OUEST INTERNATIONAL sera déboutée de sa demande.

Sur les dépens et les frais non compris dans les dépens.

Restant débitrice du salarié, la société EXPO OUEST INTERNATIONAL sera condamnée aux dépens d’appel et gardera à sa charge les frais non compris dans les dépens qu’elle a exposés, les dispositions prises sur les dépens et les frais irrépétibles de première instance étant confirmées.

En équité, Mr Denis R conservera la charge de ses frais non compris dans les dépens exposés devant la cour.

EXPO OUEST INTERNATIONAL
Condamnée
Décision de la cour d’appel

EXPO OUEST INTERNATIONAL condamnée : Décision de la cour d’appel

PAR CES MOTIFS

La cour

Infirme le jugement déféré en ses dispositions relatives au montant du rappel de salaires au titre des heures supplémentaires, aux congés payés y afférent, à la requalification de la démission en un licenciement sans cause réelle et sérieuse et aux incidences financières d’une telle requalification;

Statuant à nouveau et y ajoutant,

Condamne la société EXPO OUEST INTERNATIONAL à payer à Mr Denis R la somme de 14.476,54 € au titre des heures supplémentaires, outre celle de 1.447,65 € pour les congés payés afférents,

Dit que ces sommes produiront des intérêts à compter du 10 février 2006, date de la lettre de mise en demeure, et que les intérêts se capitaliseront dans les conditions définies par l’article 1154 du code civil,

Condamne la société EXPO OUEST INTERNATIONAL aux dépens,

Déboute les parties de leurs demandes plus amples ou contraires.

Avocat droit du travail

Message aux salariés de la société EXPO OUEST INTERNATIONAL

Vous souhaitez une médiation AS avant d’engager une action aux prud’hommes ?

Vous cherchez un bon avocat en droit du travail ?

Attention : Le choix d’un avocat ne doit pas se faire à la légère, vous devriez lire notre article à ce propos avant de vous engager :

Alliance Sociale peut vous mettre en relation avec un avocat de son réseau : Contactez Alliance Sociale


Cet article vous a été offert par Alliance Sociale, un syndicat professionnel indépendant, qui ne touche aucune subvention ni de l’état ni des employeurs.

Si cet article vous a informé ou aidé, vous pouvez à votre tour aider Alliance Sociale :

  • en partageant cet article sur les réseaux sociaux : FaceBook, Google+ ou Twitter
  • en faisant un dons, ou une adhésion déductible de vos impôts sur le revenu.