INCKA - Astek

INCKA la SSII a été condamné pour le licenciement d’un ingénieur suite à un refus de mission alors qu’il était intercontrat

Dans la lettre de licenciement, notifiée au salarié la société INCKA venant aux droits de la société ASTEK INDUSTRIE indique: « (…) Nous avons décidé de vous licencier pour faute, pour refus injustifié de mission.
En effet, le 30 octobre dernier, il vous a été proposé une mission pour le compte d’un de nos clients la société ANSALDO STS. Dans le cadre d’un contrat de sous-traitance avec cette société, vous deviez, en tant qu’ingénieur qualité projet, auditer, suivre et chercher des axes d’améliorations sur les programmes industriels de notre client. Cette prestation devait se dérouler aux Ulis (91).

INCKA
avis
Ingénieur d’études

INCKA avis ingénieur d’études

INCKA venant aux droits de la société ASTEK INDUSTRIE

85-87, avenue Pierre Grenier
92100 BOULOGNE-BILLANCOURT

Le contrat de travail

Type de contrat de travail : CDI

  • Date d’engagement : 16 août 2001 par la société ASTEK SA
  • Fonction : ingénieur d’études
  • Classification SYNTEC : statut cadre autonome, position 2.2 coefficient 130
  • Salaire moyen brut : 3.963,67 €
  • Outre une prime annuelle de vacances de  487,84 €, portée à compter du 1er avril 2003 respectivement à 425€ et 500 €.
  • Le contrat de travail de Monsieur X a été transféré dans les conditions de l’article L 1224-1 du code du travail le 1er juillet 2006 à la société ASTEK INDUSTRIE suite à une réorganisation juridique du groupe ASTEK.
  • Lors d’un entretien organisé le 10 décembre 2008 par l’employeur, Monsieur D…., président de la société ASTEK INDUSTRIE a proposé à Monsieur X un licenciement négocié, ce que ce dernier a refusé selon courrier en date du même jour.
  • Date de la rupture du contrat de travail : 18 décembre 2008
  • Type de rupture du contrat de travail : Licenciement pour faute simple, en l’espèce le non respect de ses obligations contractuelles avec dispense d’exécuter son préavis de 3 mois

Le salarié âgé de 38 ans et ayant plus de 7 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise au moment du licenciement

INCKA
La lettre de licenciement

La lettre de licenciement notifiée par INCKA

Dans la lettre de licenciement, l’employeur indique:

« (…) Nous avons décidé de vous licencier pour faute, pour refus injustifié de mission.

En effet, le 30 octobre dernier, il vous a été proposé une mission pour le compte d’un de nos clients la société ANSALDO STS. Dans le cadre d’un contrat de sous-traitance avec cette société, vous deviez, en tant qu’ingénieur qualité projet, auditer, suivre et chercher des axes d’améliorations sur les programmes industriels de notre client. Cette prestation devait se dérouler aux Ulis (91).

Cependant, vous nous avez fait part le jour même, de votre refus d’exécuter cette nouvelle mission en laissant un message téléphonique à Monsieur Jérôme C, dans lequel vous expliquiez que cette prestation induisait un temps de transport qui vous paraissait trop long et ne vous permettait pas, le soir, de rentrer chez vous avant 23h00.

Or cette mission se déroulait aux Ulis (91), soit en région parisienne. Or l’article 2 de votre contrat de travail en date du 16 aout 2001 précise que votre lieu de travail est Paris et les départements de la région Parisienne (77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 ).

De plus, nous contestons le temps de trajet que vous avez indiqué par téléphone, car nous avons pu déterminer que celui-ci se situait plutôt entre 1h et 2h00 ce qui n’est pas inacceptable en région parisienne.

En outre, cette prestation pour laquelle vous aviez l’expérience nécessaire, puisqu’elle correspondait à votre niveau de qualification, entrait parfaitement dans le cadre de vos compétences.

Enfin, vous avez refusé cette mission alors que vous étiez en intercontrat depuis près d’un mois soit depuis la fin de votre première mission pour le compte de la société SAGEM DS EPARGNY le 03 octobre 2008.

Il est à noter que ce refus n’était pas le premier car nous avons constaté que vous aviez, à plusieurs reprises, refusé, toujours oralement, plusieurs autres missions.

Lors de l’entretien préalable à une éventuelle mesure de licenciement, vous nous avez expliqué, à nouveau, les raisons personnelles qui, à votre sens, légitimaient votre refus d’accepter cette mission.

Nous nous permettons cependant de vous rappeler que s’il est légitime que vous ayez des désirs concernant la localisation de vos missions, nous ne pouvons pas toujours les satisfaire, et ce notamment dans un contexte économique particulièrement difficile.

Au surplus, vos raisons ne peuvent légitimer votre refus, étant donné que, de par vos engagements contractuels, vous êtes tenu, d’une part, d’exécuter des ordres légitimes, à savoir les missions rentrant dans le cadre de vos fonctions et d’autre part, d’effectuer les déplacements exigés par vos fonctions, courts ou longs et ce conformément à la clause de mobilité insérée à l’article 2 de votre contrat de travail.

Ainsi, votre refus d’accepter et d’effectuer cette prestation s’analyse comme une faute professionnelle.

Vous comprendrez que ce comportement est inacceptable et ce, d’autant plus, que nous sommes en période de crise et que vous étiez en intercontrat  depuis près d’un mois quand cette prestation vous a été présentée.

Compte tenu de l’absence de motif probant justifiant votre refus et de votre ancienneté d’intercontrat , le fait de refuser d’exécuter une mission entrant dans le cadre de votre contrat de travail est à la fois illégitime et constitutif d’une faute.

Vos explications recueillies au cours de l’entretien préalable ne nous ont pas permis de modifier notre appréciation de la situation.

En conséquence, nous vous licencions pour faute simple, à savoir le non-respect de vos obligations contractuelles. (…) ».

INCKA
Prud’hommes

Action aux prud’hommes contre INCKA

Le salarié a saisi le conseil de prud’hommes section encadrement le 23 mars 2009 en contestation de cette décision.

Entre-temps, aux termes d’une transmission universelle de patrimoine intervenue le 29 novembre 2010, la société INCKA est venue aux droits de la société ASTEK INDUSTRIE.

Par jugement du 26 mai 2011, le conseil de prud’hommes a :

– dit le licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse,

– condamné la société ASTEK INDUSTRIE à payer à Monsieur X les sommes de :

– dit n’y avoir lieu à exécution provisoire,

– condamné la société ASTEK INDUSTRIE à payer à Pôle Emploi un mois d’allocation versée à Monsieur X ainsi qu’aux entiers dépens.

La société ASTEK INDUSTRIE ayant régulièrement interjeté appel de ce jugement.

INCKA
condamnée
Décision de la cour d’appel

INCKA condamnée : Décision de la cour d’appel

LA COUR,

Statuant publiquement, contradictoirement,

Réforme partiellement le jugement déféré uniquement en ce qui concerne le point de départ des intérêts légaux et, statuant à nouveau,

Dit que l’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse sera assortie des intérêts légaux à compter du prononcé du jugement le 26 mai 2011,

Confirme le jugement pour le surplus,

Y ajoutant,

Fixe le salaire moyen des trois derniers mois de Monsieur X à 4.508,67 € bruts,

Condamne la société INCKA venant aux droits de la société ASTEK INDUSTRIE aux entiers dépens et à payer à Monsieur X la somme de 2 500 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile en sus de la somme déjà allouée en première instance,

Rejette toutes autres demandes.

INCKA condamnée
MOTIFS DE LA DÉCISION
de la cour d’appel

Conformément aux dispositions de l’article 455 du code de procédure civile, la cour se réfère expressément, pour plus ample exposé des moyens et prétentions des parties aux conclusions qu’elles ont déposées et soutenues oralement à l’audience.

Sur la cause du licenciement

(Se reporter à la lettre de licenciement publiée plus haut)

C’est par des motifs pertinents que la cour fait siens et une juste appréciation des éléments de la cause que les premiers juges ont estimé le licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse.

En effet, dès lors que conformément aux instructions de son supérieur hiérarchique, Monsieur X n’avait exprimé aucun refus ni par mail ni par téléphone avant 21h le 30 octobre 2008, l’employeur ne pouvait affirmer dans la lettre de licenciement, qui fixe les termes du litige, que Monsieur X lui avait fait part le jour même (c’est-à-dire le 30 octobre) de son refus d’exécuter cette nouvelle mission.

La cour observe en outre que l’employeur indique avoir transmis le 31 octobre à la société ANSALDO STS le CV de Monsieur X il ne peut qu’en être déduit que ce dernier avait bien accepté la mission.

Par ailleurs, si le contrat de travail stipule que le département de l’Essonne fait bien partie du périmètre géographique d’exécution du contrat de travail de Monsieur X, il y a lieu de relever que la conclusion de son message téléphonique du 31 octobre exprime des interrogations quant à ses temps prévisibles de trajet et le souhait d’y trouver une solution, étant en outre observé que Monsieur C… n’a pas cru devoir le rappeler à ce sujet. Un tel message ne saurait en aucun cas équivaloir à un refus ferme et définitif d’exécuter la mission proposée comme le soutient l’employeur.

De surcroît et pour lever toute ambiguïté sur ce point, il appartenait à l’employeur d’interroger son salarié et de le mettre en demeure d’exprimer clairement ses intentions.

De plus, lors de l’entretien préalable, Monsieur X a bien précisé que dans son esprit l’expression « C’est pas possible ou quoi »  ne s’appliquait pas à la mission proprement dite mais, après vérification le matin du 31 octobre, des temps de transports qui seraient résulté de l’application d’un horaire décalé de travail chez le client dont ils étaient convenus la veille, ce dont toutefois il ne justifie pas, l’employeur contestant de son côté qu’une discussion relative à un horaire décalé ait eu lieu entre eux.

La cour relève également que l’employeur ne verse aucune pièce justifiant avoir fait part au client ANSALDO STS du désistement de Monsieur X ni qu’il en serait résulté des conséquences néfastes en terme d’image de marque et de facturation suite au décalage de la mise en œuvre de la mission qui sera confiée à un autre salarié.

En tout état de cause, le doute doit profiter au salarié.

Enfin, s’agissant des précédents évoqués dans la lettre de licenciement, ce reproche se référant à des faits non datés ni circonstanciés sera déclaré par la cour totalement inopérant, sans qu’il soit utile de rechercher précisément à quoi il se rapporte.

Il résulte de ce qui précède que Monsieur X ne peut être considéré comme ayant refusé la mission; par voie de conséquence, son licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Le jugement sera confirmé, étant cependant relevé qu’il n’est pas prouvé, comme le prétend Monsieur X que la véritable cause de son éviction serait d’ordre économique.

Sur les conséquences financières du licenciement

Âgé de 38 ans et ayant plus de 7 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise au moment du licenciement, Monsieur X justifie avoir perçu des allocations d’Aide au Retour à l’Emploi de mars 2009 au 25 avril 2011 inclus, étant rappelé que le versement de cette allocation est subordonné à la justification, par son bénéficiaire, de démarches répétées de recherche d’emploi, démarches dont l’intéressé justifie par les pièces versées aux débats.

Depuis le 26 avril 2011, Monsieur X bénéficie de l’Allocation de Solidarité Spécifique d’un montant journalier de 15,63 € bruts.

Dès lors que son salaire mensuel s’établissait, en moyenne sur les 3 derniers mois, à 4.508,67 € bruts, ce que ne conteste pas l’employeur, il s’ensuit que Monsieur X a subi un préjudice financier important à la suite de son licenciement, auquel s’ajoute un préjudice moral certain né de cette mesure et de l’inconsistance de son motif.

Le jugement sera en conséquence confirmé en ce qu’il lui a alloué en réparation de ces préjudices une somme de 36.000,00 € nets (7 mois de salaire) justement appréciée.

Le jugement sera toutefois réformé s’agissant du point de départ des intérêts légaux qui sera fixé à compter du jugement du conseil, compte tenu de la nature indemnitaire et non salariale de ladite somme.

La cour confirmera également le jugement déféré quant à l’application de l’article L 1235-4 du code du travail.

Sur les autres demandes

Succombant en ses prétentions, la société INCKA venant aux droits de la société ASTEK INDUSTTRIE sera tenue aux entiers dépens et condamnée à payer à Monsieur X, au titre de ses frais irrépétibles, une somme que l’équité commande de fixer à 2 500 € en cause d’appel, l’employeur étant par ailleurs débouté de sa demande de ce chef.

Avocat droit du travail

Message aux salariés du groupe ASTEK (INCKA) et à tous les salariés

Vous souhaitez une médiation AS avant d’engager une action aux prud’hommes ?

Vous cherchez un bon avocat en droit du travail ?

Attention : Le choix d’un avocat ne doit pas se faire à la légère, vous devriez lire notre article à ce propos avant de vous engager :

Alliance Sociale peut vous mettre en relation avec un avocat de son réseau : Contactez Alliance Sociale


A lire d’autres articles

Catégorie prise d’acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur

Catégorie : Résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de l’employeur

Catégorie : Rémunération variable

Catégorie : Clause de non-concurrence


Cet article vous a été offert par Alliance Sociale, un syndicat professionnel indépendant, qui ne touche aucune subvention ni de l’état ni des employeurs.
Si cet article vous a informé ou aidé, vous pouvez à votre tour aider Alliance Sociale :

  • en partageant cet article sur les réseaux sociaux : FaceBook, Google+ ou Twitter
  • en faisant un dons, ou une adhésion déductible de vos impôts sur le revenu.