Syndicat libre et indépendant

Le syndicat libre et indépendant, proximité, réactivité, autonomie

Le syndicat libre et indépendant a été constitué en décembre 2003, Alliance Sociale, est un syndicat professionnel nouvelle génération.

  • Alliance Sociale est un syndicat autonome et 100 % indépendant, il n’est affilié à aucune confédération, ne touche aucune subvention ni du patronat ni de l’état, mais vit uniquement avec les cotisations de ses adhérents.
  • Alliance Sociale, un syndicat efficace et prospectif, un syndicat réellement au service de ses mandants et sans dérives corporatistes.
  • Alliance Sociale est présent dans de nombreuses entreprises sur toute la France
    Agir ensemble pour une société juste

3 Bonnes raisons pour rejoindre le syndicat indépendant Alliance Sociale

Syndicat indépendant ! C’est tellement rare en France, certains syndicats sont politiques (vous n’aurez aucun mal à les reconnaître), d’autres religieux (là encore vous n’aurez aucun mal à les reconnaître), ou corporatistes….

Alliance Sociale est un syndicat indépendant, il dispose d’experts et de juristes qui maîtrisent le droit du travail. Très peu de salariés en France sont syndiqués, mais pourquoi donc ? Certains salariés croient même que les syndicalistes sont payés par l’état !

D’autres salariés font appel aux syndicats uniquement quand ils se retrouvent face à un problème avec leur employeur, convocation à un entretien préalable à licenciement, mais pourquoi donc ?

D’autres salariés ne prennent même pas la peine de voter pour les élections des représentants du personnel, mais pourquoi donc ?

Est-ce par peur ? par ignorance ? autres ….

Alors que se syndiquer est un acte normal de la vie professionnelle, rejoindre un syndicat permet de mettre fin à votre isolement.

  • Vous informer régulièrement de vos droits
  • Vous assister juridiquement si nécessaire
  • Défendre votre classification, votre salaire, votre caisse de retraite, vos œuvres sociales, votre emploi

Comment contacter le syndicat libre et indépendant ?

Remplir le formulaire contact.

Le syndicat libre et indépendant
spécialiste de la convention SYNTEC

Le syndicat libre et indépendant couvre tous les périmètres professionnels

Alliance Sociale, un peu d’histoire :

Alliance Sociale a été crée par ses fondateurs en 2003, dans un premier temps le syndicat s’est bien implanté dans les entreprises relevant de la convention collective SYNTEC, et notamment au sein des SSII / ESN qui ressemblent de plus en plus à des sociétés d’ INTERIM.

Pour s’imposer dans le milieu syndical, le syndicat indépendant a dû engager de rudes combats contre des employeurs très puissant comme CAPGEMINI par exemple, ces derniers ne l’ont pas épargné, et les coups les plus tordus n’ont pas manqués, parfois venants de syndicats très proches des employeurs. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de création de sections, les difficultés par lesquelles le syndicat Alliance Sociale a traversé pour arriver à s’imposer dans ce milieu très particulier.

Dans un second temps, Alliance Sociale a élargi son périmètre en mettant en place une Union des syndicats qui couvre tous les périmètres géographiques et professionnels sur toute la France.

Alliance Sociale – Informatique :

Alliance Sociale Informatique, c’est la première branche de l’Union des syndicats et la plus importante en terme de sections constituée et nombre de membres, dans le milieu impitoyable, des SSII / ESN, le code du travail est bafoué, le but est de faire un maximum de profit, et verser un maximum de dividendes aux les actionnaires.
Quelques exemples typiques de pratiques constatées dans le milieu impitoyable des SSII :

  • Quand le salarié est en mission, et rapporte de l’argent à la SSII, son manager a tendance à lui refuser de partir en congé. En revanche dès qu’il se retrouve en inter-contrat, ce même manager l’incite (voir l’oblige) à déposer des RTT, et quand il a épuisé ses RTT il le pousse  à déposer ses congés payés, et quand l’intercontrat de prolonge et le salarié ne dispose plus de congés, et le commercial n’arrive par à le placer, alors il le pousse à la porte.
  • Le salarié en mission en clientèle est parfois vendu par plusieurs intermédiaires sous-traitance à plusieurs niveaux, les salariés évoquent régulièrement : « Je suis en mission, et mon commercial m’a dit, surtout tu ne dis pas au client que tu es de la société XX, car je t’ai vendu au nom de la société YY qui est référencée chez le client » pour revenir à la sous-traitance, chaque société sous-traitante prendra sa marge au passage … Et que reste-t-il au salarié qui fait le boulot ?
  • Beaucoup de SSII, surtout des petites, souvent dépourvu de service juridique, méconnaissent totalement le prêt illicite de main d’œuvre et le délit de marchandage.

Salariés, vous n’avez tout de même pas fait 5 ans d’étude après le bac pour finir comme de la marchandise, de la « viande »  pour reprendre l’expression utilisée régulièrement ?

Lire notre fiche pratique

CAPGEMINI TECHNOLOGY SERVICES
Section syndicale
Alliance Sociale

Section syndicale de CAPGEMINI TECHNOLOGY SERVICES

Par déclaration au greffe du 20 juin 211 la société CAPGEMINI TECHNOLOGY SERVICES a sollicité l’annulation de la désignation de Mr LALANDE en qualité de représentant de la section syndicale d’Alliance Sociale, en raison de l’absence de plusieurs adhérents à ce syndicat :

Par conclusions du 13 juillet 2011 le syndicat Alliance Sociale, a demandé de déclarer l’action prescrite, de débouter la société CAPGEMINI de toutes ses demandes, de juger de la mauvaise foi de la société CAPGEMINI, et de la condamner à verser 3000 euros à chacun d’eux à titre de procédure abusive et vexatoire,, et à 1500 euros au titre de l’article 700 du code de procédure civile.

Par courrier du 22 juillet 2011 la société CAPGEMINI a déclaré se désister au motif que son action était forclose.

Le Tribunal d’instance a validé la section syndicale;

Lire la décision

CAPGEMINI OUTSOURCING SERVICES
Section syndicale
Alliance Sociale

Section syndicale de CAPGEMINI OUTSOURCING SERVICES

Par déclaration reçue au greffe le 22 avril 2011, la SAS CAPGEMINI OUTSOURCING SERVICES a contesté la désignation, par le syndicat Alliance Sociale, de Mr H en qualité de représentant de la section syndicale, notifiée par lettre recommandée avec avis de réception du 7 avril reçue le 8 avril 2011

Les Parties intéressées, telles que mentionnées dans la requête, soit le syndicat Alliance Sociale, Mr B et la SAS CAPGEMINI OUTSOURCING SERVICES ont été convoquées parle greffe pour l’audience du 6. juin 20 11, où l’affaire a été renvoyée à la demande des défendeurs au 4 juillet 2011, audience pour laquelle Mr H a été également convoqué.

La SAS CAPGEMINI OUTSOURCING SERVICES fait valoir que les conditions fixées par les articles L.2142-1 et L2142-1-1 du code du travail ne sont pas réunies en ce que le syndicat Alliance Sociale ne justifie pas avoir plusieurs adhérents à jour de leurs cotisations à la date de la désignation de Mr H.

Elle demande en conséquence l’annulation de cette désignation.

Le Tribunal déboute CAPGEMINI OUTSOURCING SERVICES de ses demandes et la condamne à payer au syndicat Alliance Sociale la somme de 1.000 € sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile,

Lire la décision

SOGETI ILE de France
Section syndicale
Alliance Sociale

Section syndicale de SOGETI ILE de France

Par déclaration reçue au greffe le 9 avril 2009, la SASU SOGETI ILE DE France a saisi  a saisi le tribunal d’instance d’une contestation de la désignation de Mme H en qualité de représentante de section syndicale d’entreprise, notifiée le 24 mars 2009 par le syndicat CAP GEMINI ALLIANCE SOCIALE (CG-AS) Il demande en outre la condamnation de ce syndicat et de Mme H a lui verser la somme de 2.000 € sur le fondement de 1 article 700 du code, de procédure civile.

Les parties intéressées ont été convoquées pour l’audience du 6 juillet 2009 où, à la demande des défendeurs, l’affaire a été renvoyée au 10 juillet 2009.

Le tribunal, statuant contradictoirement, en matière électorale et en dernier ressort,

Valide la désignation de Mme H en qualité de représentante de la section syndicale d’entreprise du syndicat CAP GEMINI Alliance Sociale au sein de la SASU SOGETI ILE DE France,

Déboute les parties du surplus de leurs: demandes,

Rappelle qu’en la matière le tribunal statue sans frais ni dépens.

Ainsi jugé et prononcé par mise à disposition au greffe le 20 Juillet 2009.

Lire la décision

Le syndicat libre et indépendant
conseille et assiste les salariés

Alliance sociale : Le syndicat libre et indépendant conseille et assiste les salariés

Quelques conseils à retenir :

« Les paroles s’envolent mais les écrits restent »

  • Préférer le mail au téléphone, le courriel est une pièce juridique reconnu.
  • Gardez bien les mails même ceux qui ne vous semblent pas importants, et de préférence sur votre messagerie personnelle, ça ne coute rien de mettre en copie cachée son propre mail personnel.
  • Gardez bien tous les échanges courriers avec votre employeur, y compris l’enveloppe de la poste.
  • Ne faites pas confiance aveuglement, et surtout à celui qui vous la demande. La confiance ça se mérite …
  • Lors d’un entretien préalable, préférer vous faire accompagner par une personne de confiance, pas obligatoirement un Délégué du Personnel, un simple salarié de confiance et courageux fera l’affaire. Même si c’est une qualité de plus en plus rare ….
  • Si vous décidez de saisir la justice, et que vous préférez vous faire assister par un avocat, renseignez-vous, le choix de l’avocat ne doit pas se faire à la légère ….
    SURTOUT n’hésitez pas à consulter nos fiches à ce propos, et pour plus d’information contactez-nous.

Des alternatives à la démission

Les salariés méconnaissent hélas les multiples méthodes pour quitter un employeur indélicat.
La démission n’est pas la meilleure solution pour la rupture du contrat de travail. Sauf à disposer d’une clause vous permettant d’obtenir un Golden Parachute….
Parmi les différents modes de rupture on peut citer notamment :

  • La rupture conventionnelle : Est connue par les salariés. Cependant dans les faits on constate qu’elle est SURTOUT utilisée à l’initiative de l’employeur, quand bien même le législateur a prévu son utilisation à l’initiative des deux parties.
  • La rupture judiciaire du contrat de travail : Certains salariés pensent aux prud’hommes, uniquement quand ils sont licenciés, DOMMAGE.
    Il faut savoir qu’on peut saisir le Conseil des prud’hommes pour tout litige lié au contrat de travail : Absence de formation, harcèlement moral, discrimination,
    En démissionnant vous partez les mains vides, et en plus vous aurez des difficultés pour obtenir le droit au chômage (ce n’est pas impossible)
    La Rupture judiciaire du contrat de travail vous permet de rester à votre poste de travail tant que l’affaire n’est pas jugée d’une part, d’obtenir des indemnités comme si c’était un licenciement sans cause réelle et sérieuses d’autre part outre le bénéfice aux allocations chômage…. Elle n’est pas belle la vie ?
  • La prise d’acte : C’est un dispositif peu connu par les salariés et même par certains avocats non spécialistes du droit de travail
    En gros : C’est le salarié qui licencie son employeur …
    Première étape : Le salarié envoie un courrier Recommandé avec A.R à son employeur, dans lequel il motive son départ de l’entreprise. Ce courrier ne doit pas se faire à la légère.
    Seconde étape : Le salarié dépose une requête au conseil de prud’hommes et demande des indemnités
    Troisième étape : Les juges après analyse du dossier, décident d’accorder ou pas des indemnités.
    Avantage de ce dispositif : C’est vous décidez de quitter votre employeur, sans obligation de préavis

Lire notre article à ce propos