OCEANE CONSULTING, le salarié démissionne et réclame à la SSII le paiement d’une contrepartie financière pour clause de non-concurrence illicite figurant sur son contrat de travail.

La clause de non-concurrence figurant dans les contrats de travail de OCEANE CONSULTING  est jugée illicite «  En cas de cessation de son contrat de travail pour quelque cause que ce soit et quel que soit la partie qui prendrait l’initiative, le salarié s’interdit, directement ou par personne interposée, d’apporter son travail ou son concours à quelque titre que ce soit à une entreprise cliente. Le terme ‘’ entreprise cliente’’ désigne toute personne physique ou morale qui a reçu de la société une ou plusieurs factures d’un montant total ou supérieur à 1 000 € hors taxes au cours des 24 mois précédant la rupture du contrat du salarié. »
L’obligation de non -concurrence est limitée dans le temps (1an) et dans l’espace (la France) et la contrepartie de l’obligation consiste en la perception par le salarié «  d’une indemnité mensuelle telle que prévue à l’article 6-2 du présent contrat »

OCEANE CONSULTING avis
ingénieur d’études

OCEANE CONSULTING avis ingénieur d’études

SARL OCEANE CONSULTING

8 rue de Choiseul
75002 PARIS
La convention collective applicable est celle des bureaux d’étude technique dite SYNTEC brochure n° 3018.

Le contrat de travail

Le salarié a été engagé par la société OCEANE CONSULTING SARL, le 4 décembre 2006, en qualité d’ingénieur d’études, statut cadre, suivant un contrat de travail à durée indéterminée.

Du 1er novembre 2007 au 19 février 2010, il est mis à la disposition d’un unique client, la société BNP PARIBAS, par l’intermédiaire de la société CAT-AMANIA.

Le 19 mars 2010, il donne sa démission.

Le 10 juillet 2010, il réclame à son employeur le paiement d’une indemnité complémentaire de congés-payés au titre d’un complément de salaire correspondant à la contrepartie financière de l’obligation de non-concurrence qui a été perçue au long de la relation contractuelle.

Le salarié a saisi la juridiction prud’homale, le 15 novembre 2010, de diverses demandes.

Rien de mieux qu’une décision de justice pour avoir un avis objectif sur la SSII OCEANE CONSULTING.

OCEANE CONSULTING
Condamné

Action aux prud’hommes contre OCEANE CONSULTING

Par jugement contradictoire du 6 janvier 2012, le conseil de prud’hommes de Paris a :

– condamné la société OCEANE CONSULTING SARL à payer à Monsieur X les sommes suivantes :

  • 2.000,00 € à titre de dommages et intérêts pour la clause illicite de non-concurrence, avec intérêts au taux légal à compter du jour du prononcé du jugement,
  • 500,00 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile,

– débouté Monsieur X du surplus de ses demandes.

Le salarié a interjeté appel de cette décision.

Par des conclusions visées le 10 février 2014, puis soutenues oralement lors de l’audience, Monsieur X demande à la cour d’infirmer partiellement le jugement entrepris et y ajoutant, de dire et juger que le délit de prêt de main d’œuvre illicite est caractérisé ; que la clause de non-concurrence qui lui a été imposée est illicite en tant qu’elle est dépourvue de contrepartie financière valable; que les heures inhabituelles de trajet effectuées constituent des heures supplémentaires devant être rémunérées comme telles ; en conséquence, de condamner la société OCEANE CONSULTING à lui verser :

  • 25.000,00 € dommages et intérêts pour le préjudice subi du fait du délit de prêt de main d’œuvre illicite,
  • 13.750,00 € dommages et intérêts pour clause de non-concurrence illicite,
  • 8.999,34 € rappel de salaire sur heures supplémentaires,
  • 899,93 € congés-payés afférents, outre l’octroi de la somme de 3.000,00 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile.

Par des conclusions visées le 10 février 2014 puis soutenues oralement lors de l’audience, la société OCEANE CONSULTING SARL demande à la cour de confirmer en toutes ses dispositions le jugement déféré, de dire et juger que la mission effectuée par Monsieur X chez BNP PARIBAS dans le cadre du contrat de sous-traitance conclu entre les sociétés OCEANE CONSULTING SARL et CAT AMANIA ne constitue aucunement un délit de prêt de main d’œuvre, de le débouter en conséquence de sa demande de dommages et intérêts pour prêt de main d’œuvre illicite, outre l’octroi de la somme de 2.000 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile.

OCEANE CONSULTING
condamnée :
Décision de la cour d’appel

OCEANE CONSULTING condamnée : Décision de la cour d’appel

La cour,

Confirme la décision entreprise,

Ajoutant,

Déboute Monsieur X de sa demande relative à l’indemnisation d’un prêt de main d’œuvre illicite,

Vu l’article 700 du code de procédure civile,

Dit n’y avoir lieu à son application en cause d’appel,

Laisse les dépens de la procédure à la charge de la société OCEANE CONSULTING SARL.

OCEANE CONSULTING
condamnée :
Motifs de la décision

Sur le prêt de main d’œuvre illicite :

Au visa des dispositions de l’article L. 8241-1, alinéa premier, du code du travail, Monsieur X soutient désormais que la relation de travail établie entre les parties suivant contrat du 4 décembre 2006 s’analyserait en un prêt de main d’œuvre illicite.

En réponse à ce moyen soulevé au stade de l’appel, la société OCEANE CONSULTING SARL rappelle qu’elle a signé, le 23 octobre 2007, avec la société AMANIA SAS un contrat de sous-traitance prévoyant la mise à disposition d’un ingénieur d’études JAVA-J2EE pour procéder au développement de logiciels portant cette dernière dénomination. Selon ce contrat, versé à la procédure, la société OCEANE CONSULTING SARL qui est une SSII (société de services en ingénierie informatique), s’est engagée à fournir à CAT-AMANIA un de ses consultants spécialisés en développement JAVA/ J2EE, pour réaliser des développements de ce logiciel chez BNP PARIBAS.

La cour constate que cette relation commerciale concrétisée par une série d’avenants (6, du 23 octobre 2007 au 11 juin 2009) correspondait à l’exécution d’une tâche correspondant à une spécificité technique précisée contractuellement avec un prix fixé et dont l’exécution s’accompagne d’un suivi au mois le mois, les avenants accompagnants la progression de ces travaux. Cette mission ainsi définie et circonscrite juridiquement a été accomplie par Monsieur X sans que le lien de subordination avec la société OCEANE CONSULTING SARL ait été rompu comme en attestent les pièces produites par le salarié (26 rapports d’activité communiqués par le salarié, sous sa signature, à l’intimée ; pièces appelant 19A à 26 A). Le texte réprimant le prêt illicite de main d’œuvre, cité plus haut, n’a donc pas vocation à s’appliquer ici en ce que le sous-traitant s’est engagé à exécuter une tâche strictement définie dans un domaine technique spécifique et que Monsieur X n’a nullement été intégré dans l’entreprise utilisatrice, cet accord ayant, au surplus, été passé en contrepartie d’un prix fixé par le contrat de sous-traitance. Ce moyen est écarté ainsi que la demande indemnitaire liée.

Sur la clause de non-concurrence :

Il est constaté qu’à l’article 13-1 du contrat de travail, il a été convenu entre les parties, à ce sujet, la clause suivante:

«  En cas de cessation de son contrat de travail pour quelque cause que ce soit et quel que soit la partie qui prendrait l’initiative, le salarié s’interdit, directement ou par personne interposée, d’apporter son travail ou son concours à quelque titre que ce soit à une entreprise cliente. Le terme ‘’ entreprise cliente’’ désigne toute personne physique ou morale qui a reçu de la société une ou plusieurs factures d’un montant total ou supérieur à 1 000 € hors taxes au cours des 24 mois précédant la rupture du contrat du salarié. »

L’obligation de non -concurrence est limitée dans le temps (1an) et dans l’espace (la France) et la contrepartie de l’obligation consiste en la perception par le salarié «  d’une indemnité mensuelle telle que prévue à l’article 6-2 du présent contrat »

Cette indemnité de 300 € par mois est prévue comme étant un salaire assorti des cotisations sociales afférentes. Il est constant qu’au regard du droit positif applicable cette clause est illicite en ce qu’elle prend place par anticipation au cours de l’exécution du contrat de travail et non, comme il se doit, postérieurement à la rupture. La cour constate également que l’employeur ne l’a pas délié de cette obligation de non-concurrence dans les 15 jours suivant la notification de sa démission. Monsieur X apporte aux débats les éléments nécessaires pour justifier qu’il a respecté les termes de la clause de non-concurrence qui, par sa nature illicite, lui a néanmoins causé nécessairement un préjudice qu’il y a lieu de réparer. Après avoir confirmé le jugement déféré sur ce point, la cour se doit désormais d’examiner la demande incidente faite par Monsieur X afin de porter l’indemnisation du préjudice à la somme de 13.750,00 € en évoquant le montant de la sanction envisagée par le contrat de travail en cas de non respect par lui de la clause de non-concurrence déclarée ici illicite ( 54.904,82 € ).
Le salarié explique qu’il aurait été contraint d’écarter diverses propositions de postes chez des clients d’OCEANE CONSULTING tels BNP PARIBAS et NATIXIS, sans fournir de plus larges informations sur ce point. Bien que la clause considérée soit illicite, il n’en reste pas moins qu’elle a été objectivement exécuté pendant un temps au bénéfice du salarié et que la réparation du préjudice a été justement fixée par le premier juge dont la décision doit être confirmée sur ce point.

Sur la rémunération des temps de trajet :

Monsieur X, estimant que le temps de déplacement pour se rendre sur le lieu d’exécution du contrat de travail dépassait le temps normal de trajet entre son domicile et le lieu habituel de travail, sollicite l’application des dispositions dérogatoires prévues à l’alinéa deux de l’article L.3121-4 du code du travail et réclame, à ce titre, une contrepartie financière constituée par une somme de 8.999,34 € à titre de rappel de salaire sur heures supplémentaires, outre 899,93 € pour les congés-payés afférents.

La cour considère que le texte visé plus haut pose le principe de la non rémunération du temps de trajet et réserve, à titre exceptionnel, une compensation par un repos ou une indemnisation financière lorsqu’une situation de «  dépassement du temps normal de trajet » se présente.

Le type d’activité exercée par Monsieur X pour la société OCEANE CONSULTING SARL implique, selon son contrat de travail, des déplacements qui sont fonction des divers lieux sur lesquels le salarié effectue son travail d’ingénierie informatique qui, le temps de chaque mission, devient un lieu d’exercice du travail se substituant au siège de l’entreprise employeur, celui-ci n’ayant qu’une portée administrative. L’appelant ajoute une variable à l’examen du bien-fondé de cette demande en changeant trois fois de domicile personnel au cours du contrat de travail, le temps de trajet ayant été majoré d’environ 30% (26 minutes) pour les deux derniers domiciles (Maisons-Laffitte 78 et Achères 78) par rapport au premier (Neuilly sur Seine 92) jusqu’à Saint Denis (93). La cour estime que c’est à bon droit et par des motifs qu’elle adopte que le premier juge a décidé que le temps de trajet n’était pas excessif ou encore anormal et confirme la décision entreprise sur ce point.

Le jugement déféré est confirmé en ses dispositions relatives à l’article 700 du code de procédure civile et aux intérêts au taux légal.

Avocat droit du travail

Message aux salariés de la SSII OCEANE CONSULTING et à tous les salariés

Vous souhaitez une médiation AS avant d’engager une action aux prud’hommes ?

Vous cherchez un bon avocat en droit du travail ?

Attention : Le choix d’un avocat ne doit pas se faire à la légère, vous devriez lire notre article à ce propos avant de vous engager :

Alliance Sociale peut vous mettre en relation avec un avocat de son réseau : Contactez Alliance Sociale


A lire d’autres articles

Pourquoi démissionner quand on peut faire autrement ? Lire notre article à ce propos : La démission, une forme de rupture à éviter

Avant de partir ou d’accepter une mission penser à l’ordre de mission : Toutes les questions sur l’Ordre de mission

Pour éviter des erreurs et maladresses mieux vaut lire notre article : SSII refuser une mission conséquences et astuces

Pour la classification SYNTEC lire la page dédiée :  SSII, il n’y pas que le salaire qui compte, la classification aussi

Lire aussi notre article à propos des Congés payés forcés, imposés ou anticipés par l’employeur


Cet article vous a été offert par Alliance Sociale, un syndicat professionnel indépendant, qui ne touche aucune subvention ni de l’état ni des employeurs.
Si cet article vous a informé ou aidé, vous pouvez à votre tour aider Alliance Sociale :

  • en partageant cet article sur les réseaux sociaux : FaceBook, Google+ ou Twitter
  • en faisant un dons, ou une adhésion déductible de vos impôts sur le revenu.