Roadmedia

Roadmedia : licenciement d’un rédacteur

La société Roadmedia reprochait au rédacteur d’une part son retard le 19 octobre 2009, et de manière plus générale des retards reconnus selon l’employeur lors de l’entretien préalable, d’autre part qu’il sortait très souvent pour fumer pendant les heures de travail. Sur ce dernier grief la cour relève qu’il n’est pas justifié de la réglementation applicable aux temps de pause dans l’entreprise et encore moins des perturbations apportées au travail de la rédaction.

Rédacteur chez Roadmedia : contrat de travail et salaire

SARL Roadmedia

ZAC des Petits Carreaux

Le contrat de travail

Julien Z a été engagé par la Sarl Roadmedia, en qualité de rédacteur, selon un contrat de travail à durée indéterminée en date du 5 janvier 2009, régi par la convention collective nationale de travail des journalistes professionnels ;

Procédure de licenciement

Il a été convoqué le 20 octobre 2009, pour le 28 octobre suivant, à un entretien préalable à un éventuel licenciement et a reçu notification de son licenciement pour cause réelle et sérieuse (insubordination) par lettre recommandée, datée du 6 novembre 2009.

Société Roadmedia : Lettre de licenciement notifiée au rédacteur

La lettre de licenciement qui fixe les limites du litige est rédigée en ces termes :

« – Le lundi 19 octobre 2009, vous êtes arrivé à 10 h 05 alors que l’horaire est fixé à 9 h 30.

Je vous rappelle que les horaires ont été présentés au cours de diverses réunions et sont affichés dans les locaux de la société. Il convient de s’y conformer ;

Manifestement, vous ne respectez pas, de façon réitérée, ces horaires, puisque vous m’avez annoncé lors de l’entretien préalable, que vous arriviez en général le matin entre 9 h 30 et 10 h

– Ce même lundi 19 octobre, je vous demande de passer me voir à 12 h 00 dans mon bureau pour pointer les news faites pendant de temps. Non seulement vous ne vous présentez pas, mais vous n’avez même pas la courtoisie de vous excuser de votre absence à ce rendez-vous ;

– J’ai donc tenté de vous joindre vers 15 heures mais vous n’étiez plus dans les locaux de la société ;

Lors de l’entretien préalable, vous m’avez indiqué que vous étiez absent tous les lundis après-midi ;

Or, nous vous rappelons que c’est uniquement à titre occasionnel qu’il vous a été accordé de partir le lundi vers 14 h et il n’a jamais été convenu que vous pouviez prendre tous vos lundis après-midi ;

Par ailleurs vous sortez fréquemment pour fumer, ce qui nuit à la bonne marche de la rédaction ;

Les explications que vous nous avez fournis ne nous ont pas convaincu ;

Ainsi nous avons pris la décision de vous licencier pour insubordination »

Société Roadmedia aux prud’hommes

Contestant son licenciement, Julien Z a, le 12 avril 2010, saisi le conseil de prud’hommes, sollicitant :

  • une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse,
  • des dommages intérêts pour prêt de main d’œuvre illicite,
  • une indemnité sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile

Par jugement en date du 5 octobre 2011, le conseil de prud’hommes a :

– condamné la Sarl Roadmedia à verser à Julien Z les sommes de :

– s’est déclaré en partage de voix sur la demande de dommages-intérêts pour prêt de main d’œuvre illicite

– débouté Julien Z de sa demande d’exécution provisoire.

Par jugement en date du 5 septembre 2013, le conseil de prud’hommes, en sa formation de départage, a débouté Julien Z de sa demande de dommages-intérêts au titre d’un prêt de main d’œuvre illicite;

La Sarl Roadmedia a régulièrement relevé appel de ce jugement.

Société Roadmedia : Motifs de la décision de la cour d’appel

Sur le licenciement :

Selon l’article L.1232-1 du code du travail, tout licenciement pour motif personnel doit être motivé ;

Il est justifié par une cause réelle et sérieuse ;

L’article 1235-1 du même code précise qu’en cas de litige, le juge, à qui il appartient d’apprécier la régularité de la procédure suivie et le caractère réel et sérieux des motifs invoqués par l’employeur forme sa conviction, au vu des éléments fournis par les parties après avoir ordonné, au besoin, toutes les mesures d’instruction qu’elle estime utiles ;

Si un doute subsiste, il profite au salarié.

(Se reporter à la lettre de licenciement publiée plus haut)

Il est reproché à Julien Z son retard le 19 octobre 2009, et de manière plus générale des retards reconnus selon l’employeur lors de l’entretien préalable ;

Outre le fait qu’il n’est pas justifié de l’arrivée tardive de Julien Z précisément le 19 octobre, la seule attestation du directeur de la rédaction, Didier M, qui fait état de ‘ses retards récurrents le matin et d’absences injustifiées’, ne suffit pas en raison de son imprécision et du fait qu’elle n’est corroborée par aucune autre pièce, relative notamment aux difficultés rencontrées par la rédaction pour les mises en ligne qu’il évoque expressément, à établir le bien-fondé du grief ;

De plus, force est de constater que ce n’est que postérieurement à l’entretien préalable, soit le 26 octobre 2008, que l’employeur a fait part aux salariés des horaires en vigueur dans l’entreprise en ces termes :

« Les horaires de la société devant être affichés dans l’entreprise, je vous rappelle ces horaires dans le fichier joint »

Rappel étant fait de surcroît que le contrat de travail précise qu’eu égard à son niveau de responsabilité et d’autonomie, « les horaires de Monsieur Z Julien seront adaptés aux nécessités du service. » ;

S’agissant de l’absence de Julien Z le lundi après-midi, ce dernier verse aux débats une attestation de Mr D, assistant directeur du restaurant Mariott Le Parc à Paris qui indique que ‘depuis 2008, Monsieur Z remplace Monsieur Sébastien K. tous les lundis de 15 h à minuit’ ;

Les premiers juges, par de justes motifs que la cour adopte, en ont déduit avec pertinence que l’absence de réaction de l’employeur pendant toute la durée de la relation contractuelle, impliquait qu’il avait tacitement mais nécessairement donné son accord pour cette absence chaque lundi après-midi ;

Enfin si tant Madame L que Monsieur D confirment que Julien Z sortait très souvent pour fumer pendant les heures de travail, il y a lieu toutefois de relever qu’il n’est pas justifié de la réglementation applicable aux temps de pause dans l’entreprise et encore moins des perturbations apportées au travail de la rédaction ;

Il convient donc, au vu de ce qui précède, de confirmer le jugement déféré en ce qu’il a dit le licenciement de sans cause réelle et sérieuse et alloué à Julien Z la somme de 9.400,00 € à titre de dommages-intérêts pour rupture abusive, dont le montant, compte tenu des éléments versés aux débats, a été exactement apprécié par les premiers juges ;

Sur l’exécution provisoire :

Le pourvoi en cassation n’ayant pas d’effet suspensif, il convient de débouter Julien Z Z de sa demande d’exécution provisoire de la présente décision ;

Sur l’application de l’article 700 du code de procédure civile :

L’équité commande tout à la fois de confirmer le jugement en ce qu’il a accordé à Julien Z Z la somme de 900 euros en application des dispositions de l’article 700 du code de procédure civile et de lui allouer 1.000,00 € sur le même fondement au titre des sommes qu’il a exposées en cause d’appel.

SARL Roadmedia : Décision de la cour d’appel

PAR CES MOTIFS

LA COUR,

Confirme le jugement déféré en toutes ses dispositions ;

Condamne la Sarl Roadmedia à payer à Julien Z la somme de 1.000,00 € en application de l’article 700 du code de procédure civile ;

Déboute les parties du surplus de leurs demandes ;

Condamne la Sarl Roadmedia aux entiers dépens.

Pour les salariés de la société Roadmedia

Vous envisagez d’engager une action aux prud’hommes, et vous cherchez un avocat en droit du travail ?
Attention : Le choix d’un avocat ne doit pas se faire à la légère, vous devriez lire notre article à ce propos avant de vous engager :

Alliance Sociale peut vous mettre en relation avec un avocat de son réseau : Contactez Alliance Sociale


Cet article vous a été offert par Alliance Sociale, un syndicat indépendant, qui ne touche aucune subvention ni de l’état ni des employeurs.

Si cet article vous a informé ou aidé, vous pouvez à votre tour aider Alliance Sociale :

  • en partageant cet article sur les réseaux sociaux : FaceBook, Google+ ou Twitter
  • en faisant un dons, ou une adhésion déductible de vos impôts sur le revenu.