TDS International

TDS INTERNATIONAL, la SSII a été condamnée suite au licenciement pour faute grave de son directeur commercial

Le licenciement pour faute grave notifié par TDS International au Directeur commercial est formulé comme suit : «  .. Vous refusez de respecter les procédures mises en place par la direction de TDS International en ne fournissant plus régulièrement vos plannings hebdomadaires nécessaires à la bonne marche de l’entreprise. Le contexte particulier du travail à distance fait qu’en ne le transmettant plus en temps et en heure les informations liées à votre activité, cela génère des erreurs administratives et comptables. (…)

Nous ne pouvons pas tolérer un tel comportement qui constitue une violation grave de vos obligations contractuelles surtout compte tenu de votre qualité de directeur commercial.

Les explications recueillies auprès de vous au cours de notre entretien du lundi 9 février 2009 ne nous ont pas permis de modifier notre appréciation à ce sujet. Vous avez même confirmé ceux-ci en tant qu’actes volontaires de votre part car vous souhaitiez partir à Londres pour un nouvel emploi.

Nous vous informons qu’en conséquence, nous avons décidé de vous licencier pour faute grave.»

TDS INTERNATIONAL
avis 

Directeur commercial

TDS INTERNATIONAL SSII avis directeur commercial

TDS INTERNATIONAL SARL

299 Chemin de l’Estanet
30840 MEYNES

Convention collective nationale des bureaux d’études techniques, cabinets d’ingénieurs conseils, sociétés de conseil dite SYNTEC;

Le contrat de travail

Le salarié a été engagé par la société TDS INTERNATIONAL SARL, le 6 novembre 2006, en qualité de directeur commercial, cadre, suivant un contrat de travail à durée indéterminée signé le 26 octobre 2006.

  • Type de rupture du contrat : Licenciement pour faute grave.
  • Date de rupture du contrat : 25 février 2009
  • Rémunération mensuelle brute moyenne : 7.920,00 €
  • Salaire annuel : 87.000,00 € prime comprise, sachant que la partie fixe de ce salaire annuel est de 39.500 €, la partie variable en est de 9%, soit 47.500 €

Si vous souhaitez savoir si votre salaire est en adéquation avec votre fonction, âge et ancienneté, lisez notre article suivant : SSII il n’y a pas que le salaire qui compte, la classification aussi.

Par courrier du 29 janvier 2009, il est convoqué à un entretien préalable à son éventuel licenciement pour faute grave fixé au 9 février 2009.

Suivant une lettre recommandée avec avis de réception en date du 25 février 2009, il est licencié pour faute grave.

TDS INTERNATIONAL
La lettre de licenciement

La lettre de licenciement notifiée par TDS INTERNATIONAL

La lettre de licenciement était rédigée comme suit :

«  En effet depuis le mois de novembre 2008 vous refusez de respecter les procédures mises en place par la direction de TDS International en ne fournissant plus régulièrement vos plannings hebdomadaires nécessaires à la bonne marche de l’entreprise. Le contexte particulier du travail à distance fait qu’en ne le transmettant plus en temps et en heure les informations liées à votre activité, cela génère des erreurs administratives et comptables.

Vous ne répondez plus aux appels téléphoniques de Mmes Geneviève L, directrice générale et Catherine B, sa secrétaire, durant les horaires de bureau, pourtant en attente d’informations précises et nécessaires à la facturation suite à des accords commerciaux connu que par vous-même.

Malgré de nombreux rappels à l’ordre, le dernier en date du 26 janvier 2009, vous refusez toujours d’intégrer un message professionnel (indiquant votre nom et celui de la société) sur le répondeur téléphonique cellulaire que vous fournit la société TDS International conformément aux normes mises en place dans la société. Vous nous avez répondu que vous ne souhaitiez pas que votre ex femme sache où vous travaillez. Or cela concerne votre vie privée et ne doit pas interférer dans votre vie professionnelle. Cette attitude oblige nos clients et prospects à téléphoner au siège pour s’assurer qu’ils appellent bien le directeur commercial de la SARL TDS International.

A la date du 6 février 2009, vous n’avez toujours pas fourni de projection commerciale pour 2009, initialement demandée pour le 6 janvier 2009, cette projection permet de mieux apprécier et quantifier les flux financiers entrants et sortants. Plus que nécessaire à une société de notre taille et au regard de la conjoncture actuelle, ces éléments sont essentiels pour l’organisation et la gestion de l’entreprise.

Cette conduite met en cause la bonne marche de la société. Votre manque de professionnalisme et votre comportement d’insubordination permanent vis à vis de votre direction porte préjudice à l’ensemble de la société TDS International et à son image.

Nous ne pouvons pas tolérer un tel comportement qui constitue une violation grave de vos obligations contractuelles surtout compte tenu de votre qualité de directeur commercial.

Les explications recueillies auprès de vous au cours de notre entretien du lundi 9 février 2009 ne nous ont pas permis de modifier notre appréciation à ce sujet. Vous avez même confirmé ceux-ci en tant qu’actes volontaires de votre part car vous souhaitiez partir à Londres pour un nouvel emploi.

Nous vous informons qu’en conséquence, nous avons décidé de vous licencier pour faute grave.»

TDS INTERNATIONAL
Prud’hommes

Action aux prud’hommes contre TDS INTERNATIONAL

Contestant la légitimité de la rupture, Monsieur X va saisir, le 18 mars 2009, la juridiction prud’homale de diverses demandes.

Par jugement contradictoire en date du 12 avril 2010, le conseil de prud’hommes a :

  • dit que le licenciement repose sur une faute grave,
  • débouté les parties de l’ensemble de leurs demandes.

Le salarié a interjeté appel de cette décision.

TDS INTERNATIONAL 
condamnée :
Décision de la cour d’appel

TDS INTERNATIONAL condamnée : Décision de la cour d’appel

LA COUR,

Réforme la décision entreprise en toutes ses dispositions sauf en ce qu’elle a débouté Monsieur X de ses demandes relatives à la prime d’embauche-février 2009 et au remboursement de frais professionnels et statuant à nouveau,

Condamne la société TDS INTERNATIONAL SARL à payer à Monsieur X les sommes suivantes :

Y ajoutant :

Déclare mal fondé l’appel incident de la société TDS INTERNATIONAL SARL et le rejette,

Ordonne le remboursement par la société TDS INTERNATIONAL à PÔLE EMPLOI des sommes éventuellement versées à Monsieur X par cet organisme au titre du chômage depuis la rupture du contrat de travail et dans la limite de six mois, en application des dispositions de l’article L.1235-4 du code du travail,

Vu l’article 700 du code de procédure civile,

Condamne la société TDS INTERNATIONAL SARL à payer à Monsieur X la somme de 1.500,00 €,

Laisse les dépens à la charge de la société TDS INTERNATIONAL SARL.

TDS INTERNATIONAL
condamnée
Motifs de la décision de
la cour d’appel

Au stade de l’appel, il doit être constaté que la société TDS INTERNATIONAL déclare ne pas reprendre sa demande de sursis à statuer en raison d’une procédure pénale ne visant plus Monsieur X;
il n’y a donc pas lieu de statuer sur ce point.

Sur le licenciement :

La lettre de licenciement du 25 février 2009 adressée par la société TDS INTERNATIONAL à Monsieur X fixe, par les motifs qu’elle énonce, les limites de ce litige. L’employeur fondant cette rupture de nature disciplinaire sur la faute grave, il lui appartient de rapporter la preuve des reproches qu’il formule à l’encontre du salarié. La cour va, après le premier juge, examiner successivement les griefs retenus par l’employeur en les confrontant aux éléments qui ont été versés aux débats.

Il doit être, à titre liminaire, rappelé que la société TDS INTERNATIONAL a engagé Monsieur X en qualité de directeur commercial le 6 novembre 2006, en contractualisant le fait que ce dernier exercerait sa fonction à distance, l’entreprise ne disposant pas de locaux adéquats pour l’accueillir. Aucun élément disciplinaire ne figure au dossier quant à une éventuelle insubordination de Monsieur X avant l’engagement de la procédure de licenciement le 29 janvier 2009. A cet égard, l’appelant verse aux débats de nombreux courriels émanant du président (Frédérick L) de la société TDS INTERNATIONAL.

Dès le 16 décembre 2006, Frédérick L salue « l’engagement personnel » et le « sérieux dans la fonction » du salarié (pièce 3).

Ces manifestations de satisfaction par courriels (preuves de la réelle communication dans le cadre du télétravail) se poursuivent : le 21 mars 2008 « travail superbe » (pièce 4) ;

  • le 1er septembre 2008 : «  super…bises Frédéric L » ; « super nouvelles…une de plus. Bisou. Frédérick L » ;
  • le 12 septembre 2008 : «  Bien joué. Super boulot. Bises.Frédérick L» ;
  • le 17 novembre 2008 : «  Coucou Eric, super coup, il n’était pas prévu celui-là  Bises et bonne nuit. » ;
  • le 24 décembre 2008 (à Magali V) : «  afin d’alléger le travail d’Eric, et en accord avec lui, à compter du 1er janvier 2009, le pôle administratif rédigera les contrats de travail pour les nouveaux loulous. Il est important d’avoir une communication fluide pour éviter de perdre du temps et le consultant par manque de réactivité »;
  • le 26 décembre 2008 (à Magali V) : «  Afin de continuer notre progression et d’abolir l’esclavage (Eric n’a pas douze mains) … »

A ce stade, la cour relève qu’un message est envoyé à Monsieur X, le 12 janvier 2009, sur un des motifs principaux du licenciement qui sera initié quinze jours plus tard : «  Coucou Eric, voilà le tableau 2009 prévisionnel janvier, février sont au moins justes » .

La cour se doit également d’ajouter un élément de contexte à ce qui vient d’être exposé en introduction. En effet, il est constant que deux des courriels visés au paragraphe précédent, sont adressés par le président de la société TDS INTERNATIONAL à « Magali V ». Cette personne n’est autre, selon l’appelant, que sa compagne qui travaillait pour TDS INTERNATIONAL en 2008 mais aussi, selon elle, en 2007, cette année ne lui ayant pas été rémunérée. Il est versé aux débats une lettre de Magali V (pièce 18) adressée , le 24 janvier 2009, à Frédéric LEROY où elle s’exprime en ces termes :

« Bonjour Frédérick, Comme tu le sais et comme tu l’as d’ailleurs écrit, je travaille pour TDS depuis le 6 décembre 2006, sans jamais avoir été rémunérée ni même déclarée pour la période du 6 décembre 2006 au 1er janvier 2008. Bien entendu, cette situation me cause un préjudice particulier au-delà du fait qu’il s’agit de travail dissimulé. Peux-tu m’indiquer ce que tu envisagerais pour parvenir à une régularisation raisonnable pour tous de cette situation’ Je te remercie vivement pour ce courrier ».

Si le lien causal entre la revendication de cette personne dite comme étant proche affectivement de l’appelant ne peut être formellement établi, force est de constater que la société TDS INTERNATIONAL mettra en œuvre la rupture du contrat de travail de Monsieur X dès le 29 janvier 2009, soit cinq jours après la réception de cette lettre.

Le premier reproche visé dans la lettre de licenciement porte sur le non-respect par Monsieur X des procédures mises en place par la société TDS en ce qui concerne la fourniture de plannings hebdomadaires rendue encore plus nécessaire en raison du travail « à distance ». La cour relève, à ce sujet, que l’employeur ne verse aux débats aucune définition de poste concernant Monsieur X alors que son contrat de travail ne présente aucune disposition à ce sujet. L’examen des éléments communiqués par les parties met en évidence que le président Frédérick L et Monsieur X faisaient des « points journaliers » depuis vingt mois (courriel du 13/01/09; pièce 8), ce qui est reconnu expressément par l’employeur lui-même et remet en cause le motif d’indiscipline quant au respect de procédures dont il n’est pas démontré qu’elles étaient formalisées, à tel point que c’est alors que la procédure de licenciement était déjà lancée que Frédérick L va demander à Monsieur X de respecter « dès ce jour», soit le 26 janvier 2009, un ensemble de règles et d’établir un «  business plan commercial 2009 » dont il reporte la fourniture au 6 février 2009 alors qu’elle était demandée d’ores et déjà au salarié pour le 9 janvier 2009 (l’entretien préalable va avoir lieu le 9 février 2009). Dans ces conditions, il y a lieu de constater que des plannings vont être nouvellement demandés et des règles nouvellement prescrites au moment de la rupture du contrat de travail alors que des « points » quotidiens étaient faits entre Monsieur X et son supérieur hiérarchique depuis 20 mois, ce qui ôte toute pertinence à ces éléments pour étayer un manquement du salarié susceptible de justifier son licenciement.

L’employeur fait également grief à Monsieur X de se rendre difficilement joignable sur son téléphone cellulaire d’entreprise et d’omettre d’y installer un message clair et professionnel d’accueil.

Pour en justifier, la société TDS INTERNATIONAL qui, en réalité, soupçonne, sans aucunement l’énoncer dans la lettre de licenciement, Monsieur X de travailler depuis octobre 2008 pour une autre entreprise, verse aux débats un courriel du 21 janvier 2009 émanant de Geneviève L (directrice générale de TDS) qui demande au salarié : «  Coucou Eric, Peux-tu me donner les coordonnées de Marc C  Merci Bisous » et à laquelle il est répondu 49 minutes après par l’appelant : «  Coucou Geneviève Je ne les ai pas Bisous ».

La cour n’est pas en mesure avec un tel élément de retenir un fait d’insubordination ou encore une volonté de ne pas collaborer imputables à Monsieur X alors que le contraire paraît démontré : le salarié est joignable dès 7 heures du matin (voir pièce 9) et répond aux demandes du siège. Les courriels échangés entre le 18 et le 21 février 2009 (pièces 12 intimée), toujours dans le cours de la procédure de licenciement pour faute grave mais sans mise à pied conservatoire, mettent tous en relief une communication permanente entre Frédérick L (président de TDS) et Monsieur X avec, en toile de fond, une résurgence d’un contentieux non visé dans la lettre de licenciement à propos d’un prêt d’argent par l’employeur. Dès lors, il ne peut être retenu l’existence d’une faute grave en fonction de pressions d’extrême fin de contrat qui ne sauraient non plus justifier une rupture de ce même contrat pour une cause à la fois réelle et sérieuse, Monsieur X adressant, sans que cela puisse être valablement critiqué par l’employeur, un mail du 27 février 2009, jour de son licenciement pour faute grave, pour annoncer à tous ses collaborateurs qu’il ne faisait plus partie de la société TDS et qu’il les remerciait pour le travail accompli.

C’est en vain que la société TDS INTERNATIONAL apporte au débat autour de la rupture du contrat de travail des éléments portant sur une supposée concurrence déloyale imputable à Monsieur X puisque ce fait qui aurait, selon l’employeur, été découvert fin août 2009 n’est pas énoncé dans la lettre de licenciement. Il en est de même pour le reproche fait au salarié d’avoir « effacé » des données de son ordinateur professionnel .Il résulte donc de ce qui précède que le licenciement de Monsieur X ne repose pas sur une faute grave mais est dépourvu de cause réelle et sérieuse, le jugement déféré étant réformé sur ce point.

Sur l’indemnisation du licenciement illégitime:

Monsieur X réclame, à ce titre, la somme de 90 000 €.

La société TDS INTERNATIONAL conclut au débouté de cette demande.

Il y a lieu de constater que le licenciement est survenu alors que le salarié présentait une ancienneté de deux ans et demi et était âgé de 45 ans. Monsieur X ne s’explique pas sur son devenir professionnel postérieurement à la rupture. Dès lors, il lui sera alloué la somme de 47.531,09 €, correspondant aux six derniers mois de salaire, à titre de dommages et intérêts sur le fondement de l’article L.1235-3 du code du travail.

Sur l’indemnité compensatrice de préavis et les congés-payés afférents :

Les montants correspondants à la demande d’un préavis de trois mois, conformément aux droits générés par le statut de cadre de l’appelant, ne sont pas contestés par la société TDS INTERNATIONAL. Il y a lieu, en conséquence, d’allouer à Monsieur X les sommes de 22 143 € au titre de l’indemnité compensatrice de préavis et 2 214,30 € pour les congés-payés afférents.

Sur l’indemnité conventionnelle de licenciement :

Il résulte de la Convention collective applicable (SYNTEC) que cette indemnité est due à partir de deux années d’ancienneté (ce qui est le cas ici) et doit correspondre (section 3 licenciement point 61) à 1/3 de mois par année de présence (base : 1/12 de la rémunération des 12 derniers mois). Le montant demandé à ce titre n’est pas contesté par l’employeur et il est donc fait droit à la demande du salarié sur ce point en lui octroyant la somme de 5.671,07 €.

Sur la prime d’embauche février 2009 :

Il est réclamé sur ce point 600 €. La cour constate que le salarié se réfère au document prévisionnel pour 2009 qu’il a lui-même établi et transmis à la société TDS mais ne s’explique pas sur les modalités appliquées sur cette seule base provisoire pour calculer la prime réclamée. Il y a lieu en conséquence de rejeter cette réclamation par voie de confirmation du jugement entrepris.

Sur la demande au titre de la prime de fin d’année 2008 :

Il résulte des dispositions du contrat de travail conclu entre les parties (annexe III versement des commissions) que pour la partie ‘placement de personnel’, si l’objectif annuel de 500 000 € achetés en marge bénéficiaire est atteint ou dépassé , une prime d’objectifs sera versée ‘ à hauteur maximum de 2% du total de la marge bénéficiaire annuelle’. Il est constant que, pour l’année 2008, le salaire de Monsieur X est de 87 000 € prime comprise. Sachant que la partie fixe de ce salaire annuel est de 39.500 €, la partie variable en est de 9%, soit 47.500 €, et correspond donc à une marge nette de 527.000 €. Dès lors, pour 2008, le seuil de déclenchement du paiement de la prime contractuelle d’objectifs est franchi. Il y a donc lieu, cette demande n’étant par ailleurs pas discutée sur le quantum par l’intimée, de condamner la société TDS à payer à Monsieur X la somme de 10.555 € (527.000 x 2% ) à ce titre, le jugement étant réformé sur ce point.

Sur le remboursement des frais professionnels :

Il résulte du contrat de travail liant les parties, en son article 7, que «  TDS International remboursera les frais professionnels nécessaires et raisonnables encourus par le salarié dans l’exécution de ses fonctions. Le salarié fournira à TDS INTERNATIONAL les justificatifs adéquats afin que TDS INTERNATIONAL puisse satisfaire les exigences fiscales relatives à ces frais. Le caractère nécessaire et raisonnable de ces frais sera laissé à la seule discrétion de TDS INTERNATIONAL et devra respecter la ‘Police et Procédure de remboursements de frais disponible chez TDS International ».

Monsieur X réclame à ce titre la somme de 8 411,42 € en produisant un document informatique récapitulatif ( pièce 12 appelant ) portant sur une période allant du 1er février 2009 au 27 février 2009. Aucun justificatif n’est produit et rien ne permet de démontrer que la procédure prévue au contrat de travail a été respectée ; la cour constate qu’il n’y a pas de preuve de l’envoi de ce document à l’employeur afin d’être avalisé par lui au sens de l’article susvisé.

Cette demande est donc rejetée par voie de confirmation du jugement déféré.

Sur l’appel incident de la société TDS INTERNATIONAL :

Le présent arrêt infirmatif, déclarant illégitime le licenciement de Monsieur X, exclut tout examen des demandes incidentes de l’employeur tendant, pour l’une, au remboursement des salaires perçus par l’appelant entre les mois d’octobre 2008 et février 2009 (73 953,16 €) et , pour l’autre, une indemnisation des préjudices subis du fait des agissements concurrentiels du salarié. Ces demandes ne peuvent, en effet, être dissociées du litige concernant la rupture du contrat de travail dont les conséquences sont désormais tranchées au vu des motifs susvisés de cet arrêt.

Avocat droit du travail

Message aux salariés de TDS INTERNATIONAL et à tous les salariés et indépendants

Vous souhaitez une médiation AS avant d’engager une action aux prud’hommes ?

Vous cherchez un bon avocat en droit du travail ?

Attention : Le choix d’un avocat ne doit pas se faire à la légère, vous devriez lire notre article à ce propos avant de vous engager :

Alliance Sociale peut vous mettre en relation avec un avocat de son réseau : Contactez Alliance Sociale


A lire d’autres articles

Catégorie prise d’acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur

Catégorie : Résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de l’employeur

Catégorie : Rémunération variable

Catégorie : Clause de non-concurrence


Cet article vous a été offert par Alliance Sociale, un syndicat professionnel indépendant, qui ne touche aucune subvention ni de l’état ni des employeurs.
Si cet article vous a informé ou aidé, vous pouvez à votre tour aider Alliance Sociale :

  • en partageant cet article sur les réseaux sociaux : FaceBook, Google+ ou Twitter
  • en faisant un dons, ou une adhésion déductible de vos impôts sur le revenu.